Réduire la dette IT - pourquoi faire ?

 

  •  

    Réduire la dette IT, pourquoi faire ? 
  •  
          La dette IT, c'est quoi ? 
     
  •  
    La dette dans les legacy Systems,
    la plus bloquante !

    Les entreprises qui ont consenti de lourds investissements dans des programmes de transformation numérique constatent souvent que les choses n’avancent pas toujours selon la roadmap initiale.
    Une des raisons majeures, c’est la dépendance forte à certaines technologies qui sont là depuis presque toujours, l’héritage, le legacy, i.e. la dette IT !
    Mais ces systèmes continuent à fonctionner. On continue à faire avec, et les grands projets de transformation numérique tant attendus sont parfois continuellement repoussés.

    La "dette en construction" dans le Cloud,
    la plus inquiétante... 

    A considérer que la migration Cloud est le point le plus structurant des grands chantiers de transformation numérique, il faut admettre que les entreprises qui ont mis en oeuvre ces chantiers de migration sont maintenant nombreuses.
    Un des nombreux impacts positifs, c’est que les métiers ont maintenant un accès facilité à la data : il y a un glissement de la gestion des données vers eux dans une conception de l’IT orientée domaine, et libre-service : pour certaines grandes entreprises, c’est l’avènement des architectures dites "data mesh" : chaque domaine gère ses propres pipelines de données. Le "tissu" qui relie ces domaines (et leurs ressources de données associées) consiste en une couche d’interopérabilité universelle.
    C’est souvent positif pour le business, mais les pipelines de données ont tendance à foisonner ! On va tout droit vers la reconstitution d’une "méga dette IT"  constituée de flux répliqués ou inutilisés, de règles de calcul réinventées. 
    Au global, de nombreuses entreprises se dirigent vers une hyper complexification de leurs systèmes Cloud avec des coûts associés souvent intenables !
    ______

    {openAudit} permet tout à la fois de simplifier les systèmes legacy, de les migrer, mais aussi de contenir les systèmes Cloud.

    En somme, un vrai programme de réduction de la dette IT, "durable", pour une "IT durable" ! 

    Quelques statistiques : 
     
  •  
     
          Réduire la dette IT à grande vitesse,
          méthodologie
     
  •  
    1- Casser la complexité, en partageant à tous une cartographie dynamique du Système d’Information  
    La mécanique est toujours simple en théorie : la donnée rentre dans le Système d’Information, elle est processée, et elle finit par être consommée. Sauf que la réalité est évidemment un peu plus complexe.
  •  
    Notre parti pris est de faire du reverse engineering dynamique tout au long des processus de transformation de la donnée, des couches d’alimentation jusqu’à la cellule du dashboard, en traitant tous les générateurs de rupture. C’est ce qu’on appelle le "data lineage".
    Agrémenté d’un moteur de recherche, notre logiciel {openAudit} définit pour chaque données, son origine, son devenir, son usage et toutes les règles de gestion qui l’ont amenée d’un côté à l’autre du Systèmes d’Information. Les vues sont orientées au choix métier ou IT. 
     
  •  
    2- Identifier les données réellement utilisées par les métiers
    L’ensemble des bases de données proposent des bases d’audit qu'{openAudit} scanne en continu pour identifier ce que les solutions de dataviz viennent requêter, ou pour mettre en lumière les données qui font l’objet de requêtes adhoc.
  •  
    Cette approche permet de discriminer les "data points" qui sont réellement sollicités au sein des chaînes de processing. On se rend compte assez vite qu'un nombre incalculable de flux sont montés au plan inutilement.
     
  •  
    3- Identifier les sources des données utilisées
    vs les « branches mortes » pour réduire la dette IT 
    En partant des données ayant un usage et en identifiant l’ensemble de leurs sources, {openAudit} va identifier l’ensemble du code, des tables, des fichiers, i.e. les "branches" complètes du système qui ont un véritable usage.
  •  
    A contrario, {openAudit} va identifier "les branches mortes" du système, pour permettre de vastes décommissionnements.
    Ces décommissionnements pourront être mis en œuvre dans les systèmes on premise, mais aussi dans le Cloud, en y rattachant des indicateurs financiers grâce aux informations disponibles dans le Stackdriver (GCP), dans Cloudwatch (AWS), ou encore dans Azure Monitor (MS). 

    La couche de data visualisation est également analysée par {openAudit}, ce qui permet de détecter la réplication et l’obsolescence dans les outils de dataviz et d'opérer des simplifications massives.
     
  •  
          Catalyser la transformation 
          numérique d'une entreprise en
          automatisant les migrations Cloud
     
  •  
    Un des axes majeurs de la transformation IT reste la migration vers le Cloud. Hélas la réécriture des millions de lignes de code ou la reconstruction des dashboards dans la technologie cible sont des freins majeurs, surtout quand le patrimoine est conséquent.


    1- Migrer le code
    {openAudit} va « parser » le T-SQL, le PL/SQL, le Bteq de Teradata, le Cobol, le Perl..., et tout autre langage procédural massivement présent dans les legacy systems et va décomposer toute la complexité du code en source.
    {openAudit} en déduira la cinématique d’ensemble et l’intelligence, pour la reproduire dans la technologie cible.

    2- Migrer les technologies de dataviz 
    {openAudit} va analyser de façon granulaire l'intelligence d'un dashboard, mais aussi le "template" de la technlogie source pour le reconstruire de façon dynamique dans la technologie cible et ainsi épargner aux équipes 95 % de l'effort de migration. 
     
  • Technologies adressées :  
  •  
    Conclusion 

    La simplification d’un Système d’Information, i.e la réduction de la dette IT via une introspection fine des processus a évidemment d'innombrables  vertus : baisse de la maintenance, baisse du licencing, baisse de la facturation dans le Cloud, baisse des risques... etc.

    Pour les entreprises ayant des Systèmes d’Information largement "on premise", c’est aussi l’assurance d’optimiser leur migration Cloud pour aller vers des systèmes infiniment plus efficients (scalabilité, partage de la connaissance au métier, etc.). Une fois dans le Cloud, il s'agira de contenir l’inflation informationnelle et donc les coûts du Cloud qui sont en train de devenir un problème épineux pour de nombreuses entreprises. 
    Et il est un bénéfice qui est moins visible, c'est la baisse durable de l'empreinte écologique d'un Système d'Information grâce à sa rationnalisation  permanente. 
     

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sur-administrer une plateforme SAP BO simplement

Migrer de Oracle à Postgre en automatisant le processus !

La Data Observabilité, Buzzword ou nécessité ?